Attention vous êtes sur un site en frames,
s'il vous manque le menu, cliquez ici : http://www.oto6.fr

Voitures à 6 Roues Réelles : Wolfrace Sonic


Nick Butler à droite, en passager de son bébé, la Wolfrace Sonic à six roues

Un vaisseau spatial sur six roues. Le fabricant anglais de jantes Wolfrace (dirigée à l'époque par D.F. Treacy) fait beaucoup pour soigner son image de marque. Après avoir commencé par faire sensation avec une Range Rover à six roues, il a fait plus spectaculaire encore avec la Sonic à six roues et deux moteurs. Il a commandé cette voiture à Nick Butler, dirigeant de la firme "Auto Imagination", la mise au point à demandée deux ans et plus de 750.000 FF

Données Chrome & Flammes (update du 18/12/2006)

La Wolfrace Sonic est équipée de 2 différentiels sur l'essieu arrière indépendant. Pour la démarrer, un ordinateur assiste le pilote avec 80 informations en entrée et 90 en sortie. "Le démarrage des moteurs s'effectue séparément". L'ordinateur coordonne le nombre de tours par minute de chaque moteur.
Si la synchronisation d'un des moteurs se décale plus de 8 secondes alors le moteur va vers le ralenti. Si l'ordinateur se plante, les moteurs s'arrêtent ! Dans l'essai pour Chromes & Flammes, les moteurs n'ont pas pu démarrer à cause de l'ordinateur... Les deux moteurs doivent fonctionner tous les deux, en effet, le moteur de gauche commande par exemple le servo-frein et la dynamo, celui de droite, entre autre, la pompe de la direction assistée...
L'ordinateur se situe avec la batterie et les deux réservoirs symétriques en aluminium, à l'arrière de la Wolfrace Sonic.

Pour entrer dans la voiture, il faut être patient, une pression sur un bouton fait basculer tout l'habitacle, colonne de direction et revêtements latéraux compris, et permet enfin d'entrer. Le passager s'installe de la même manière à gauche dans un siège en cuir étroit, mais néanmoins fort confortable. Comme un vrai copilote de jet, il dispose des mêmes instruments de bord que le pilote sauf bien entendu le volant et quelques autres commandes. La tête et les épaules dépassent largement de la cabine pas trop spacieuse, heureusement un aileron solide le protège. Une nouvelle pression sur un des boutons colorés fait surgir, grâce à un des innombrables moteurs électriques, la console de l'ordinateur ou le rétroviseur de la gouttière qui sépare les deux sièges. Suit une étourdissante manipulation de données pour régler la limite des révolutions minute de la synchronisation désirée avant que les moteurs, dans un grondement impressionnant ne vrombissent l'un après l'autre.

Le tableau de bord à été élaboré par une petite société allemande, "Exclusiv Tuning", il est constitué de leds et d'afficheurs digitaux. Les vitesse se passent par des boutons au tableau de bord ! Un casque intégral à été mis au point par la société Wolfrace, spécialement dans le but de piloter la Sonic à 6 roues.

Wolfrace roule vraiment sur route même si elle n'est pas pratique à conduire. Elle a même fait une apparition en 1984 au Grand Prix d'Angleterre. "Sonic prend encore la route pour des campagnes promotionnelles".

 

voiture à 6 roues

voiture à 6 roues

voiture à 6 roues

voiture à 6 roues

voiture à 6 roues
Une nouvelle image presque unique, aucune info sur la source, trouvée sur un forum délire fermé.
N'hésitez pas à me contacter si vous êtes l'auteur de cette photo de Wolfrace Sonic sur proteus@oto6.fr

Nouveau (03/02/2006)

voiture à 6 roues
C'est pour promouvoir la marque et les jantes Sonic que la 6 roues a été faite.
Ici, les fameuses jantes Sonic sur une Mini Metro, ça ne rends pas pareil !

voiture à 6 roues
Un grand merci à Neortic pour des photos qui ne circulent pas sur le web,
extraites du numéro spécial salon 1983 de l'Auto-Journal.

voiture à 6 roues
On apprécie mieux le poste de pilotage sur cette vue,
et se sont les premières images avec des plaques d'immatriculation !


Une photo quasiment introuvable, celle de la Wolfrace Sonic dans le magasine Chrome & Flammes.
Un énorme merci à Régis (Buggyfamily2), un grand 6-collectionneur !


Phares fermés


Phares ouverts


L'arrière fait un peu buggy comme ça


Quelle belle bagnole, j'adore !


Vue des deux V8 Rover


Une fois la porte fermée, il n'y a plus beaucoup de place !
toutes les informations des moteurs sont fournies par un écran à cristaux liquides...


L'ordinateur qui gère la synchro entre les moteurs, un PC 286 en 1982 avec ses prises séries et des tas de relais !
Disquette 5 pouces 1/4 ou disque dur de 5 mégaoctets ? Peut-être juste une EPROM !


Le détail de la transmission arrière


Porte ouverte, tous les instruments de pilotage sont escamotés pour laisser le passage au pilote.
Encore un énorme merci à Buggyfamily2 pour ce beau cadeau de Noël !


Quelques images supplémentaires trouvées récemment (18/12/2006)
Vue arrière sur les deux boîtes, remarquez l'immatriculation différente !


Dans un salon Français


Sur une route, avec ses deux passagers, les têtes dépassent même un peu l'aileron !

voiture à 6 roues

voiture à 6 roues
Un seul et unique modèle à été construit, il a été repeint en rouge.

Mais qu'est donc devenue la Wolfrace Sonic ?

Comme d'habitude, l'histoire est assez incroyable. Dans les années 1985, la Société Wolfrace était en difficulté financière et la Wolfrace Sonic à été mise à une vente aux enchères privée, en liquidation judiciaire. Un acheteur l'a donc récupérée, avec la remorque qui la contenait, et a placé le tout dans un garage du Kent en Angleterre, d'où elle n'a plus bougée depuis cette époque...
C'est là qu'oto6 intervient, en effet, j'ai reçu un courrier du fils du dit propriétaire qui a hérité de la voiture. Suite à de nombreux échanges par mails, James m'a envoyé quelques photos et quelques explications.
Il n'y a bien eu qu'un seul modèle de Wolfrace Sonic qui a été repeinte en rouge en dernier lieu, elle est donc toujours rouge aujourd'hui. Il n'y a aucune trace du casque intégral spécialement conçu pour le bolide, comme il était dit dans le magazine Chrome et Flammes. La Sonic est un peu poussiéreuse, mais en très bon état, il n'y aurait que les pneus à changer !


La Wolfrace Sonic, en 2001 dans sa remorque spéciale


Les entrée d'air sont rangées ailleurs


La remorque d'origine avec la Sonic peinte en bleu nuit !!


Les moteurs V8 Rover sont en bon état


Par contre, l'ordinateur laisse vraiment à désirer,
impossible de dire si la Wolfrace Sonic redémarrera un jour...

Passons aux photos de mars 2008


Certes la caisse est poussiéreuse


mais rien d'autre n'a changé depuis 6 ans


Elle est toujours dans sa remorque


Elle ne demande qu'à sortir !


Le baquet du passager


Et une photo unique du poste de pilotage, avec James au volant !

Suite à mon inscription sur le forum Autotitre, je me dois de remercier Rajesst pour nous avoir déniché 3 nouvelles photos de la Wolfrace Sonic sur Internet :


Sur Flickr, les photos du livre sans la pliure


Probablement peu avant la vente aux enchères


Et une superbe photo dans un show (pontiac.org.uk)

Et puis, j'ai autorisé James à récupérer toutes les photos (ses photos !!!) de cette page, nous qu'il puisse les mettre dans son nouveau site : http://www.wolfracesonic.co.uk/  (il y a même quelques infos supplémentaires)

(L'histoire poursuit son cours, il y aura probablement d'autres nouvelles prochainement...)
Je dis des choses et... en recherchant encore quelques documents sur Internet, je tombe sur l'annonce de la vente de la voiture sur un site Anglais, par James lui-même. Elle est mise à prix à 1.000.000 GBP...

Notre correspondance privée parlait justement de cette vente !

Allez, j'ai aussi trouvé un bel article, avec des belles photos et un texte que je vous traduirai bientôt.


James Butler (le créateur de la Sonic) à droite, en passager.


Explications sur l'interaction des moteurs avec l'ordinateur


Le chef aux commandes


Prise de vue depuis l'aileron arrière


Ballade sur les routes Anglaises


Ca fait rêver


Impossible de passer inaperçu


De la veine Batman...


Le journaliste Mike Collins se mets au volant


Le cockpit


Le PC !!

L'article d'origine, un peu compliqué à traduire en bon français, mais passé dans un OCR... (s'il y a des amateurs...)

When I first saw the Wolfrace Sonic I was impressed but not turned on, as no-go showboats have long been a species I’ve never understood. After all if you're going to have a toy, it's no good if you can't play with it.

Mind you Sonic is far more than a rich man's toy. For Nick Butler it's a dream which he made reality - spending many many hours building it for show, to go. As you can see from Steve's high speed pictures, Sonic has finally made the grade as a go-go showboat, a truly unique machine which looks, and is, exciting to drive.

For Wolfrace Wheels, Sonic is a very successful promotional vehicle, as the ever increasing number of good looking Sonic wheels improving the appearance of many makes of car attest.

For most folks, it's a mighty impressive looking machine worked by electronics and pushbuttons, I figured it would be nice to find out what makes Sonic tick - and how it handles on the street.

The computer heart of Sonic features a sophisticated and powerful micro processor with a 100 input/output handling capacity which is used to its limits. The starting procedure requires use of 80 signals in and 90 out making you realise that Sonic is a whole new world away from a regular cruise mobile. Sure you get in and turn a key but, as Nick noted with a chuckle, should something go wrong… it's a completely different ball game. Maybe the Car Recovery Service would be able to get you home (if they could find a trailer long enough) but it's for sure you'd have to fix it yourself.

One major malfunction, only hours before we were due to climb in the drivers seat, proved a real humdinger which would have sent the AA/RAC potty... the car started, fired and moved out only to have the engine shut down a few yards later, repeatedly ! Enough to drive a roadside mechanic potty. However once back at Auto Imagination, Nick's Richmond-based workshop, the reason became apparent… Sonic’s engine speed is calculated via a proximity, sensor which emits a magnetic pulse as the drive shaft coupling bolts fly past. The computer counts the pulses from 8 bolt heads to determine engine speed for the tach', and does its stuff. Trouble was, something smashed the sensor, resulting in no signal gelling through to the computer. As any self-respecting computer will tell you, if it’s not getting a signal then nothing's working, so it shut down the engines.

The computer has another fail safe device built in where, should one engine go out of sync by more than 500 rpm, or longer than eight seconds, engine speed is automatically reduced to takeover speed. Should either engine malfunction, you can still get safely home on one motor, albeit at a greatly reduced speed.
We learnt all this from Nick Butler as he readied the car for some real road running. Climbing into Sonic is a matter of choice, you can raise the cowl by pressing a button to make for a stylish entry, or just step over and slide down into the cockpit with cowboy ease.

As Nick went through the start sequence; he looked like a rock n' roll keyboards player, the two Rover power plants responding to his fingers and feet with a low-down, laidback burble much softer than I expected. Not Just eight this time but sixteen sweet cylinders of street machine power.

With the engines warm and Steve happy with his shots, we went for a trip through the quarter mile. Not a balls-out rubber burner though, just a steady application of power. Nick even backed off at half track, to check both engines were running right, before getting back on the power to run an easy, low fifteen second quarter. Not exactly heart stopping stuff eh fans, still it's not bad for a totally custom built street machine which is not yet run in.
And that's the main reason we didn't really give Sonic more of a workout - the number of miles on the engine. Sonic itself has travelled almost 14,000 miles since it first appeared here at last year's Belle Vue Show, however, Nick reckons there are less than a hundred miles on the road clock, so it's only fair to keep the boot out for a while longer.
Although a banzai quarter mile run was out, the machine was obviously running right and, I'd like to give it some wellie Nick... You’re driving, he grinned as I slid behind the wheel.

The control console fits between the two cockpits with a kill switch, in green for some reason, at the top of the rear set of touch buttons. The pre start sequence begins by switching a key beneath your legs, this also functions as a secondary ignition kill switch. Then your mind does weird and wonderful things 'as the countdown proper begins.
The option switch is activated, engine selected (usually the left), and the appropriate button touched; the gas pedal is pushed to the floor and, as you press the illuminated start switch, the left hand vcc eight burbles into life. Now the fun begins; the option switch is again touched to allow the engine to tick over at any rpm up to 3000 (mainly to allow for timing or tuning).

With the first engine running smoothly, we touch the dear button which effectively empties the memory bank and dials in this rpm to give a constant tick over at idle. Bringing in the second engine is much the same as the first. The Start button is touched after the gas pedal has been pressed to the floor and, with no fuss or extra loudness, the right-hand motor throbs into life.

It's about now the real sophistication starts, the synch button is pushed and moments later the run button, then the computer takes over, Rover V8 running very smoothly in perfect harmony and we're ready to roll.
In order to engage reverse gear (or even park) two switches have to be pushed simultaneously so that neither selection can be made accidentally whilst on the move.

The power got through as reverse was engaged, spinning the tyres with a muscle car chirp. I eased down on the throttle and, almost silently, backed out of our parking space, leaving onlookers with amazed faces, the steering wheel responded as I spun it, pushing the drive button to the left of the wheel. As soon as the trans clicked in, I pushed my leg out, the engines still sounding quieter than I expected. Once out on the track, I gave the throttle some pressure and was soon eating up the road with the wind in my hair and bugs in my teeth. Apart from the taste they left it was worth it just to power into a curve, feed the long nose in and power out the other side staying flatter than most cars could ever hope for. The real magic came in watching those four gleaming Sonic wheels (or rather the two on my side) swinging into the turn with the rest of the mammoth machine just following round with a deal of ease.
Next time round though, I reminded Nick that I really wanted to give it some wellie...

Once again he grinned, you're driving…

There you go, that kind of thing I like to hear. Bearing in mind the tight state of the engines I opted for a kick down rather than a standing power blast. First though I twisted my body so I could really stand on the power pedal. We eased into our main straight at about fifty miles an hour with a feathered throttle… then I kicked down on the throttle pedal, the power coming in like a two stage rocket blasting us into space. When my eyeballs started to shake I got to thinking about stopping the beast, gelling my foot out of the carbs with Sonic closer to three digit driving than it had ever been.
The stopping system proved adequate and so it should. Twin servos are used with a mechanical compensator to ensure good from to rear braking balance, There are huge ventilated discs all round featuring dust cleaning slots and Girling four pot floating callipers up from (stops them expanding under heat). The set up is the same as used in the Tyrrell six-wheel race car so it should prove adequate for a street machine. In fact I didn't believe I'd stopped until I touched the raise button and the top half of the cowling slid silently upwards allowing me to step back down to terra firma.

Tell you what folks, Sonic may still be suffering from little bugs but it gave me a ride I'll remember for many a moon.

Mike Collins

 

voiture à 6 roues voiture à 6 roues voiture à 6 roues
Un cadeau de Wolfrace : 3 chouettes fonds d'écran !  (13/10/2006)

 

Attention vous êtes sur un site en frames,
s'il vous manque le menu, cliquez ici : http://www.oto6.fr